Strike !

Comme au bowling

 Black out ce mercredi 18 janvier sur WordPress. Grève générale et drapeaux noirs. L’anarchinternet.

WordPress n’est pas le seul site concerné.

Sur Wikipedia ce matin (8 a.m. C.E.T.) on voyait ceci:

It's-just-wanedébut...

Sur l’accueil de Google.com on voyait cela:

... continue-ze...

Et sur Mozilla on avait ça:

...combat !

Skispasse ? Un virus ? Une révolution arabe ? Une attaque extraterrestre ?

La cause de cette grogne venue des U.S.A. s’appelle SOPA/PIPA. Kézako ? Un soap-opera avec Pippa Middleton ? Sopa ça. Pipa du tout.

Le Stop Online Piracy Act (SOPA) est un projet de loi proposé par le représentant républicain Lamar Smith. Ses buts : élargir les capacités d’application du droit d’auteur, lutter contre le piratage, interdire le streaming. Ses moyens : l’interdiction des revenus publicitaires, le blocage des transactions en ligne (Paypal), l’arrêt du référencement sur les moteurs de recherche, la coupure de l’accès au site.

Le Protect Intellectual Property Act (PIPA) est un projet de loi complémentaire proposé par le sénateur démocrate Patrick Leahy. Son but est de donner au gouvernement américain le droit de freiner l’accès aux « sites voyous dédiés à violer ou contrefaire les marchandises » (« rogue websites dedicated to infringing or counterfeit goods »), en particulier ceux immatriculés à l’extérieur des États-Unis. Abrégé en Protect IP Act, on remarque la confusion entretenue par les législateurs avec Internet Protocol. Big Brother is watching you.

Pro-SOPA : les majors de l’audiovisuel, du cinéma et de la musique.

Anti-SOPA : les sites Open Source et une majeure partie d’internet.

Fans du MO.DEM.: désolé, il n’y a pas de centristes en la matière.

Oui il faut mettre de l’ordre dans ce grand foutoir qu’est trop souvent internet, mais quand ça part des législateurs américains, mieux vaut connaître l’intention réelle. On pense d’abord au piratage sur le marché chinois, une perte sèche pour les artistes et les producteurs. Pourtant si ces lois passent telles quelles, c’est tout le net qui sera chamboulé. Fini le copyleft, bonjour le terminal de paiement électronique. Homebanking pour tous, qu’on le veuille ou non. L’enjeu est bien mondial. Tous les sites seraient menacés de blocage si SOPA/PIPA étaient votés, même s’ils sont hébergés hors du territoire américain.

Manifestations, pétitions et boycotts contre cette législation ont été organisés, avec en point d’orgue ce 18 janvier 2012 qu’on découvre en Europe Face à la résistance, la disposition qui prévoit le blocage des sites a été retirée de SOPA vendredi. La Maison Blanche menaçant d’un véto si SOPA et PIPA étaient adoptées, le vote des textes a été reporté. Le blackout a été maintenu malgré tout pour mettre la pression et obtenir le retrait des deux textes. C’est donc la première grève sur internet, une journée historique comme disent les journaleux, avec plusieurs sites temporairement coupés.

Remarquons enfin que ces deux lois, plusieurs fois remaniées, sont proposées dans un bel oecuménisme par un républicain et par un démocrate. Pas de conflit ici entre l’éléphant et l’âne, tandis que la frénésie de l’élection présidentielle bat son plein. Obama tente de tirer son épingle du jeu en protestant officiellement du haut de sa résidence, mais c’est sous son mandat que cette grève inédite a lieu. Et si ça vous a échappé, elle est menée par des géants du net qui l’avaient soutenu en 2008. Pour constater, en 2012, qu’il applique le programme républicain avec une touche de réseau social. Change you can believe in. Ce qui veut dire en réalité: Le changement n’engage que ceux qui y croient. Bref, s’ils se laissent faire, les grands sites web seront les cocus des Caucus. Aujourd’hui ils ont fini par se réveiller. Mieux vaut tard que jamais. Better late than never. Un bon slogan de campagne.

P. S. : A propos de mon dernier article:

https://euromanichel.wordpress.com/2012/01/13/wordpress-lettre-ouverte-a-matt-mullenweg/ : j’ai appris que sur WordPress.com, on affiche parfois des publicités sur les blogs pour aider à payer les factures. Il faut bien vivre. Oui mais ce n’est pas précisé au départ. Et ça fait le lien avec les lois évoquées ici. La pub intempestive, non merci. Dans ce cas il faut légiférer. Pour éliminer les publicités entièrement, on peut acheter une « mise à niveau pas-d’annonces » (No-Ads Upgrade), pour la modique somme de 29,97 $ par an. Il perd pas le nord Mullenweg. Bref, si vous retombez par hasard sur une pub pour une multinationale, ne vous étonnez pas. C’est la façon que Matt a de faire de l’anticapitalisme.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Action, Actualité, Comédie, Divers, Drame, News, Politique, Societe

Une réponse à “Strike !

  1. Matt

    Yep. Je vois une pub de World of Warcraft ici même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s