PIPA : une loi à scruter sous toutes les coutures

La partie cachée vaut le détour

Je parlais hier des deux lois U.S. SOPA/PIPA, avec la confusion entretenue par les législateurs américains sur Internet Protocol, dans l’intitulé du Protect IP Act.

J’ai eu confirmation de mon intuition dans le New York Times, par un article de Jonathan Weisman, Web Protests Piracy Bills, and Senators Change Course en ligne hier soir et remplacé aujourd’hui par In Fight Over Piracy Bills, New Economy Rises Against Old:

http://www.nytimes.com/2012/01/19/technology/web-protests-piracy-bill-and-2-key-senators-change-course.html

Les deux versions de l’article expliquent le soudain retrait de nombreux soutiens à SOPA/PIPA, le plus notable lâchage étant celui du sénateur Marco Rubio, l’Obama latino, qui a courageusement annoncé sa volte-face sur Facebook. Mais ce qui retient l’attention dans la première version de l’article, et qu’on ne retrouve pas dans la deuxième, c’est sa conclusion qui parle des DNS, les systèmes de noms de domaine. Voici le passage in extenso, j’ai mis en gras les points cruciaux:

« At issue is how the bills deal with “DNS filtering.” Web site addresses are converted by the Internet’s domain name server system from typed words into computer language to bring a user to a specific Web site. The Congressional bills would allow the Justice Department to seek injunctions to prevent domestic Internet service providers from translating the names of suspected pirate sites; the legislation would also require search engines such as Google not to display suspected sites on search results. In effect, the bills would make search engines the enforcers of a law they oppose. Congressional negotiators are looking at radical revisions to the DNS provisions, but lawmakers may decide the resulting legislation is too neutered to pursue, aides from both parties say. »

Traduction: « La question est de savoir comment les projets de lois se comportent avec le « filtrage DNS . » Des adresses de sites Web sont converties par le système serveur de noms de domaine d’Internet à partir de mots tapés dans un langage informatique pour conduire un utilisateur à un site Web spécifique. Les projets de lois du Congrès permettraient au Ministère de la Justice de chercher des injonctions pour empêcher les fournisseurs domestiques de services Internet de traduire les noms des sites pirates présumés; la législation exigerait également des moteurs de recherche tels que Google de ne pas afficher les sites suspectés sur les résultats de recherche. En fait, les projets de loi feraient des moteurs de recherche les exécuteurs d’une loi à laquelle ils s’opposent. Les négociateurs du Congrès recherchent des révisions radicales pour les dispositions sur les DNS, mais les législateurs peuvent décider que la législation qui en résulterait est trop stérile pour poursuivre, selon les assistants des deux parties. »

Le Stop Online Piracy Act et le Protect Intellectual Property Act visent donc bien à contrôler un peu plus internet et, partant, les esprits. Car c’est une chose de traquer les sites spécialisés dans la piraterie, et une toute autre de mettre les moteurs de recherche dans le rôle du délateur. Et de qui ? « Des adresses de sites Web ». C’est-à-dire ? « Des sites pirates présumés ». Mais encore ? La ficelle est plutôt grosse. SOPA/PIPA vont bien au-delà d’Hadopi. Sous couvert de lutte anti-piratage, la législation américaine aurait un oeil sur tout les sites du monde, Google étant présent partout sauf en Chine continentale, officiellement pour raison de censure, justement. Dès lors elle pourrait agir à sa guise, avoir accès aux adresses IP par le contrôle des DNS, bloquer tout ce qui lui déplait. Ce qui voudrait dire la fin de la liberté d’expression sur internet comme l’affirme Wikipedia.  Ce n’est pas seulement le homebanking obligatoire, c’est en plus Robocop à domicile. Fricage et flicage. Elle n’est pas belle à voir, la décadence de l’empire américain…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Action, Actualité, Actualités, articles, Divers, Economie, Internet, Medias, Politique, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s