Archives de Catégorie: Scoop

Exclusif

Un an de route

Wifi included

Chers tous, chères toutes, lecteurs permanents, fréquents, occasionnels, MERCI de me lire et de contribuer à la cause du communautarisme rom. Après un an de jambons et aloyaux services, je pose ma caravane pour profiter du printemps et de la pluie.

Une année que je me démène sur les autoroutes de l’information et les chemins buissonniers du net… Je pose mes valises, mon cheval et ma poule pour reclouer mes semelles et recercler mes roues. Histoire de repartir d’un bon pied. Sous quelle formule ? On verra. Mensuelle sans doute, annuelle peut-être, aléatoire sûrement. Le monde et ses folies me saoulent plus que la piquette moldave, le blogging et ses contraintes me gavent pire que le goulasch bohème. Une sieste s’impose. De temps en temps je gazouille un #twit histoire de me faire entendre. Qui m’aime me lise. Depuis mon dernier article du treize mars, Galouzeau de Villepin a été grossièrement exclu de la course à l’échalote, les dix prétendants m’ont bien fait rire à tour de rôle, mention spéciale pour Philippe Poutou, car ce mec a raté sa vocation d’humoriste chez Ruquier, ils ne sont donc plus que deux, et comme chez les gitans d’Ecosse à la Highlander, il ne peut en rester qu’un. Hollande d’après les mathématiques, mais avec le roué retors Nicolas, on n’est pas à l’abri d’une surprise. Je persiste et signe, s’il gagne c’est pas plus mal, ça veut dire plus d’UMP en 2017, car ce keum ne se contente pas de ridiculiser la politique, il anéantit son propre camp. C’est pas bon pour la démocratie, mais le sarkozysme non plus. Si au final il y a une différence en faveur du Magyar et qu’elle est de l’ordre du demi pour cent, le PS pourrait regretter de ne pas avoir donné ses signatures à Villepin. Mais non, rien-zéro comme dit l’autre. Chacun ses problèmes. Pour l’heure on accuse déjà Hollande a priori d’être assuré d’être élu avec moultes voix lepénistes. Qu’ils se débrouillent tous avec ce qu’ils ont créé, les mitterrandiens avec le FN, Juppé avec l’UMP.

Sur ce latcho drom, drum bun, bonne route, et à un de ces jours.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Action, Actualité, Actualités, articles, Culture, Divers, Economie, Europe, France, Humeur, Internet, Littérature, Medias, News, People, Politique, Scoop, Société, Web

Survivre avec les loups : le remake de France 2

Mea culpa, Madame 2 France

Un journaliste braconnant le loup sur internet et pris sur le fait par un Canard enchaîné, ça mérite d’être cancané. Surtout qu’on parle pas mal de viande ces temps-ci.

Awououou… awouou… Des loups j’en croise du haut de ma roulotte : du gentil loulou au big bad wolf, en passant par le prédateur enragé. Rien de commun avec son équivalent humain toutefois: un caillou sur la gueule l’envoie hurler ailleurs.

Le loup et le Canard, fable de Jean de la Toile

Le Journal satirique paraissant le mercredi nous apprend dans son n° 4767, par la plume de Christophe Nobili («Loup y es-tu, sur France 2», page 4), que dans son 20 heures du 25 février, Marie Drucker a diffusé un reportage bidonné, sur le loup transi par le froid, par un osso buco alléché, soudain sorti du bois, filmé par le smartphone perché. Pas une erreur de montage : du vrai bidon. Ainsi donc Renaud Bernard, correspondant  en Italie, en mal d’inspiration, est parti entre chien et loup du côté des Abruzzes à la recherche du lupo. L’a-t-il croisé? C’est ce qu’il feint. D’abord un Ysengrin efflanqué dans un village de montagne, puis deux canidés affamés dans la lande. Deux récupérations grotesques. Les deux vidéos viennent de Youtube, la première a été postée le 7 février 2011, la seconde le 29 décembre 2010. Et le «journaliste» nous présente ça comme étant son boulot. La pauvre Marie Drucker n’y a vu que du feu.

Chassez le naturel, il revient en meute

Un faux précédent impliquant le chasseur à quatre pattes avait fait beaucoup de bruit sur internet en 2008. C’était d’une autre ampleur. Survivre avec les loups, le récit «autobiographique» de Misha Defonseca, best seller adapté au cinéma par Véra Belmont, racontant l’histoire d’une petite fille pendant la Seconde Guerre mondiale adoptée par des loups, dans un remix de Mowgli et d’Anne Frank, s’est révélé être une histoire inventée comme l’a reconnu son auteur. Bonne pioche quand même: 200.000 exemplaires du livre ont été vendus dans sa version française.  A l’heure d’internet, plus de temps à perdre à écrire des bouquins. On va directement à la source des vidéos en ligne. Evidemment les internautes s’en rendent compte assez vite et peut-être que Renaud Bernard a voulu jouer avec le feu, quitte à se brûler le museau. Le plus étonnant dans cette histoire est qu’elle est éventée par Le Canard enchaîné, journal qui refuse mordicus d’apparaître sur le net autrement que par un site vitrine avec sa une hebdomadaire. Histoire d’aller acheter le journal chez le libraire du coin coin. Il faudra bien que tôt ou tard il revoie sa formule, d’autant qu’il parle d’autres sujets ô combien intéressants, comme le titre Erik Emptaz: «La campagne régresse au stade halal !». Sarko était mardi sur France 2 justement, pour sans doute une de ses dernières apparitions comme président. Tel un wolfie sorti de Tex Avery, le bling prèz a fait son mea culpa, sans paraître crédible. Il ne va pas être raté par le prochain Canard. Le loup lui il s’en fout. Halal, kasher ou ordinaire, il ne fait pas le difficile avec la viande.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Action, Actualité, Actualités, articles, Culture, Divers, Europe, France, Humeur, Internet, Littérature, Medias, Mieux vaut en rire!, News, People, Politique, Scoop

Froid de février : c’est le réchauffement climatique

Briser la glace

L’Arctique, la «terre des Ours» des anciens Grecs, a provoqué la vague de froid de février. A cause du réchauffement climatique. Ce n’est pas le Mercure de France qui le dit, mais la très sérieuse revue scientifique PNAS.

29 février 2012, jour bonus de cette année bissextile, l’occasion de revenir sur une vague de froid qui laisse des traces jusque dans les frontières naturelles. Des -20°C, des morts frigorifiés, des centrales nucléaires à plein gaz, Evelyne Dhéliat tremblant sous sa jupe, une pagaille monstre… Le «Moscou-Paris», ce vent venu de Sibérie qui a balayé l’Europe occidentale début février, restera dans les annales des records météo. Ce froid brutal est dû au réchauffement climatique! La réduction de volume de l’océan Arctique en est la véritable cause.

Géo-pôle-itique

Depuis trente ans, la superficie de la banquise s’est réduite comme peau de chagrin, provoquant des changements dans la circulation atmosphérique de l’hémisphère nord. De 1979 à 2012 il y a eu une diminution de 30% de l’Arctique, un million de km2, deux fois la superficie de la France. «Les modifications dans la circulation de l’air forment plus fréquemment des zones stagnantes de haute pression atmosphérique centrées sur l’Atlantique qui bloquent le flux d’air chaud venant d’ouest et provoquent un flux d’air polaire et de forte chutes de neige sur l’Europe» dit Judith Curry, la miss météo du prestigieux Institut américain Georgia Tech. La fonte des glaces se répand dans l’air sous forme d’air froid et humide. Non seulement le dérèglement climatique de la planète réduit l’étendue de la banquise et menace des espèces uniques, mais en plus l’Arctique est la nouvelle banlieue industrielle des raffineries du monde développé, depuis qu’on y a trouvé du pétrole. Un cercle vicieux en spirale: le réchauffement climatique fait fondre les glaces→les stations de forage s’engouffrent dans la brèche→elles aggravent le réchauffement climatique→la brèche devient béante→les supertankers accourent→et ainsi de suite jusqu’à la dernière goutte de pétrole et aux milliards de gouttes d’icebergs fondus. Pas toujours payant d’ailleurs. En 2011 la compagnie Cairn Energy a foré en vain au large du Groenland. En 2012 Shell remet pourtant ça dans l’Alaska, encouragé par les fabricants de bagnoles. L’Arctique est pour son malheur en plein milieu du jeu de quilles du XXIème siècle, le Conseil arctique, avec les Etats-Unis (Alaska), le Canada, l’Islande, le Danemark (Groenland et îles Féroé), la Scandinavie (Suède, Norvège, Finlande) à l’Ouest, et l’immense Russie à l’Est. Peu leur chaut la conservation de ce thermomètre planétaire. Il faut briser la glace, disent les magnats du pétrole. D’après Wikipédia : «La flambée du prix du baril de pétrole a favorisé une course aux réserves jusqu’alors non rentables. Une estimation récente a montré que l’Arctique pourrait receler près du quart des réserves d’hydrocarbures restant à découvrir dans le monde. Les nouvelles technologies, le recul de la banquise suite au réchauffement climatique et la proximité géographique rendent ces nouveaux filons attirants pour les pays limitrophes. D’un point de vue économique, une diminution des glaces polaires ouvrirait de nouvelles routes commerciales pour les navires dans l’Arctique, en rendant par ce fait le pétrole plus facile à extraire.» Et la Chine s’y met aussi, en réclamant un siège d’observateur au Conseil de l’Arctique. Car le pôle nord, c’est aussi le chemin le plus court entre Washington et Pékin pour s’échanger des biens et des baffes : 6.058 miles nautiques, soit 11.200 kilomètres par route polaire. A portée de missiles du DF-5 chinois et du LGM-30F américain.

L’Arche de Noé végétale pousse à vue d’oeil

Des échantillons de végétaux syriens ont atteint mardi «l’Arche de Noé végétale», propriété de nos bons maîtres du monde, enfouie dans les glaciers du Svalbard (Arctique norvégien) pour garantir la biodiversité face aux multiples catastrophes que préparent nos bons maîtres du monde. «La chambre forte du jugement dernier», comme ils appellent poétiquement ce méga frigo ultra sécurisé, abrite depuis février 2008 un entrepôt international de semences végétales. Il a reçu cette semaine 25.000 nouveaux échantillons de semences, portant à 740.000 le nombre de variétés stockées. «Je pense qu’ils reconnaîtraient qu’ils ont fait un effort spécial pour envoyer ces semences ici rapidement» pour éviter leur destruction en Syrie, explique Cary Fowler, directeur du Global Crop Diversity Trust. L’entrepôt du Svalbard abrite maintenant plus de la moitié des variétés d’espèces végétales agricoles. Les graines restent la propriété des Etats qui les déposent. Officiellement, elles pourront être utilisées pour replanter une espèce végétale menacée d’extinction à l’état naturel. Officieusement, elles réensemenceront la planète après un éventuel hiver… nucléaire.

Sur ce, l’hiver, le vrai, n’est pas fini, et je m’en vais hiberner dans ma roulotte.

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Actualité, Actualités, articles, Divers, Europe, France, News, Politique, Scoop

Mini-Juppé : les plaisanteries les plus courtes ne sont pas celles du…

..."meilleur d'entre nous"

 -« Sarko… »

-« Vous voulez dire Monsieur Sarkozy? »

-« Pardon? »

-« Monsieur Sakozy? »

-« Ah! vous l’avez dit! »

Et soudain le visage d’Alain Juppé s’éclaira, comme aux trop rares occasions de ses cuites au Bordeaux.

Flamby a cité le nom du pas-encore-candidat président! Il se voit déjà élu! Quelle arrogance! Quelle suffisance! Quel déni de démocratie!

Alain Juppé, président de l’amicale des têtes à claques

En mission impassible hier soir sur France 2, le ministre des affaires étrangères devait rapporter du gibier à son maître. Aujourd’hui il est content Sarko. Il est au plus bas dans les sondages mais il est content. Juppé l’a fait citer par son adversaire un peu niais qui s’était juré de ne pas le nommer avant qu’il ne se déclare (le Sarko, tout le monde suit). Pauvre Juppé: éternel Poulidor de la droite présidentielle. En 1995, premier Premier ministre de Jacquot, Chirac avait tiré sur la corde bordelaise au point de frôler qu’elle se casse: le « plan Juppé » prévoyait déjà l’allongement des cotisations de retraite et une réforme des droits de santé. Résultat: impopularité record et mouvement de grèves sans précédent qui fait plier Jup’ en décembre. Comme si ça ne suffisait pas, il est accusé en 1998 dans l’affaire des emplois fictifs, en tant que maire adjoint de Paris de 1983 à 1995. Et condamné (quatorze mois de prison avec sursis plus un an d’inéligibilité) à la place du patron… En bon maso, il fonde l’U.M.P. en 2002 pour servir à la réélection de Chichi, sans se douter que ce parti servira surtout les intérêts de Sarko. Soit: après sa traversée du désert canadienne, notre glaçon bordelais remet ça en 2007 en prêtant allégeance au nouveau chef. Neutralisé ministre du superministère de… l’écologie, Alain se prend une nouvelle baffe (à force, les électeurs ont compris qu’il aime ça) dans son propre fief, par une tâcheronne socialiste fille à papa, Michèle Delaunay. Toujours fusible, Jup’ saute. Ambitionnant un destin à sa taille quelque part entre 2017 et 2122, en 2010 Jup’ revient vers son maître. La gueule haute et les oreilles dressées cette fois. Ce sera ministre régalien ou rien. Galop d’essai sado à la défense. Stage concluant et remplacement du savoir faire de Michèle Alliot-Marie. « Oké Alain, ch’sais qu’t’es bosseur, va pour les affaires étrangères, et si en plus tu fais oublier Villepin, i s’pourrait bien que tu m’succèdes à moi-même… ». Jup’ se voit déjà candidat à la candidature aux primaires UMP. Encore raté, les primaires c’est en face. En attendant il accroche le trophée de Kadhafi à son tableau de chasse. Un peu facile de tirer le vieux lion gâteux dans les égouts bombardés, mais il s’acquitte de sa tâche néo-coloniale avec zèle et humanisme, c’est tout ce qu’on lui demandait. Quelque grognements sur la Syrie, quelques marches funèbres pour des tombés pour la France, Jup’ bosse et fait de son mieux pour complaire au boss. Sarko lance alors un os à ronger à Jup’: « Mon bon Alain, chuis pas en forme, et puis ch’ai un plan com’ que ch’prépare depuis le 7 mai 2007. Ce soir y a Hollande sur France 2, lui il est en forme et il veut pas m’nommer. Comme c’est un rigolo tu vas l’ridiculiser en lui faisant dire mon nom ». « Wouf mon salaud d’maître ». Mission accomplie donc.

Et à part ça, qu’est-ce qu’on retiendra de cette confrontation digne de l’UMPS? Pas grand chose et tout le monde le sait. Juppé a essayé de coincer Holande sur le programme PS sans révéler celui de l’UMP. A tous les coups c’est austérité gagnante. Ca convient bien à l’austère Jup’, un peu moins au sémillant Hol’ qui promet retraite à 60 ans, profs heureux, immigrés régularisés, toit pour tous, dette et croissance simultanées, du pain et des roses… Pas crédible une seconde mais au fond l’électeur s’en fout. Ce qu’il veut dans sa majorité c’est virer l’innommable. Je l’ai déjà dit, la grande chance de Flamby c’est que n’importe qui pourrait battre Sarko. Alors pourquoi pas n’importe qui. Au bout du compte, la dernière carte restant au président sera d’essayer de rééditer le coup du 21 avril 2002. Mais attention: j’ai dit « n’importe qui pourrait battre Sarko ».

Poster un commentaire

Classé dans Accueil, Actualité, Actualités, articles, France, Mieux vaut en rire!, News, Politique, Scoop, Société